Une bouteille à la mer

Thursday, May 18, 2006

UNE BOUTEILLE A LA MER



J’avais voulu concilier l’art pour son esthétique, le goût du mieux et son potentiel de créativité avec la santé physique et mentale et aussi avec la culture, l’éducation, l’entraînement pour apprendre et transmettre. Je n’ai trouvé aucune structure qui réunit l’art, la santé et l’apprentissage. J’ai dû faire un chemin solitaire alors que je ne le suis pas. Faute de pouvoir m’adresser aux structures existantes, il me reste la rue.
J’appelle la rue le fait de s’adresser à des gens que je ne connais pas, internet est une occasion comme une autre.
La rue qui est le milieu d’accueil de celui qui n’a rien ou qui a été rejeté. Elle est le passage de tout le monde, elle est aussi un lieu d’expression pour ceux qui ont besoin, des manifestants, de la publicité et une tentation par ce qu’elle offre en échange d’argent. Elle est un spectacle riche, permanent et quotidien. Elle est souvent indifférente, voire dangereuse par ses agressions et ses prédateurs. La rue varie selon les villes, les pays, les époques. La rue est le lieu de tout le monde, son champ est immense et varié.

Si certains considèrent le paradis comme un décor enchanteur où l’on est bien accueilli et comblé dans tout ses désirs, je ne suis pas opposé à ces conceptions, mais j’ai préféré le savoir qui permet de voir juste, simplement pour être efficace en effaçant mes difficultés et éviter l’échec dans les épreuves ou dans ce que j’entreprends. J’ai eu l’habitude de mériter ce qu’on acquiert, mais ce n’est pas une raison de refuser la chance ou des cadeaux.

Agir en connaissance de cause est-ce possible ? J’ai privilégié les informations qui apportent une compétence et j’ai toujours été voir celui qui savait mieux pour m’éclairer dans le chemin à prendre. La technique est le plus court chemin qui aboutit au meilleur résultat. Elle s’adresse à tous les domaines, même ceux que je ne connais pas.

En respect à mes maîtres et à mes parents, à mon tour, je transmets volontiers ce que je sais. Vous avez une série de blogs qui constituent un livre qui peut se dilater encore en une dizaine d’autres livres. J’ai aussi un vidéo film et des documents audiovisuels qui illustreront mes propos.

Ma démarche originale consiste à porter un regard différent sur notre réalité et sur la façon de structurer les informations qui nous entourent.
Elle pourrait aboutir sur l’école de la vie qui serait l’école de l’humain et l’école des mains pour apprendre à faire face aux épreuves. Elle aurait son autonomie ou complèterait l’école des programmes que nous connaissons.

Notre époque est merveilleuse par l’abondance des informations, des produits et des moyens qui sont de plus en plus accessibles, mais ils sont dispersés. Si vous êtes au-dessus des machines, vous serez créatifs, si vous êtes au-dessous des machines, vous êtes consommateurs. Il faut apprendre à se servir de ses mains pour créer.


“Je montre le chemin, mais pour l’aveugle, laisse le partir.”

En effet, les informations, que j’apporte, ont demandé le travail d’une vie et mes propos sont mal adaptés aux personnes pressées, inattentives, qui cherchent le truc miraculeux qui les soulagerait. Je me suis basé sur l’observation, l’étude, le raisonnement et surtout la vérification. Pour construire un projet noble, il me faudrait des personnes motivées, fiables et travailleuses, coopérantes, mais avec un sens critique pour que l’on se comprenne et se complètent mutuellement.

Devant l’abondance, la diversité qui nous entoure et qui nous disperse, j’ai cherché l’unité qui les génère. Ainsi devant la multitude des couleurs, les couleurs primaires en sont l’origine. Trouver le principe, la loi, le programme est essentiel pour comprendre.

Je souhaite me tromper, mais notre avenir sera pénible parce que l’œil regarde l’écran de films, de télévision, d’ordinateur de jeux vidéos au lieu de voir de ses propres yeux la réalité. Nous sommes fascinés par les vedettes alors que notre prochain n’est pas crédible (moi inclus).
Notre main a régressé devant les machines, les produits à bas prix. Pourrions-nous être autre chose que des consommateurs ? Si vous n’utilisez pas vos mains, vous êtes obligés d’utiliser celles des autres. Il n’y a aucun mal à cela, si on vous respecte, mais il faut éviter d’être mendiant, mais mériter ce que l'on a.

L’œil et la main n’ont peut-être pas d’importance, pour celui qui arrive à vivre et à se payer ce qu’il désire, mais ils sont nos contacts avec la réalité pour éviter de vivre dans un monde d’illusions.
Le danger va être plus grave avec nos enfants parce que la société de consommation, qui nous gâte par l’abondance de produits en tout genre, ne fait pas l éducation de nos enfants. Le fait de les inciter à la consommation les transforme en demandeurs insatisfaits, irrespectueux, atrophie leurs mains à la créativité.


On a pu domestiquer l’infiniment petit qui travaille pour nous. Il relève de la biologie, de la chimie avec une abondance de nouveaux produits, de l’électronique et de l’informatique, mais la façon de produire conditionne les mentalités.

On a pu établir que nos besoins étaient satisfaits par un travail de transformation des matières premières.

Travail humain = énergie + mécanisation du geste humain (automatisation, robotisation, télétransmission…), mais il produit de la pollution et de l’exclusion puisqu’on arrive à produire davantage avec moins d’ouvriers.
N’oublions pas que, dans l’histoire, la demande de main-d’œuvre était si forte pour produire que l’on a fait appel à des esclaves pour le faire. Aujourd’hui le modernisme a permis de produire davantage avec moins de main-d’œuvre, la délocalisation aggrave la situation. On se sent inutilisé et inutile.



Les exclus de la société, ne sont pas exclus de la vie. Les associations caritatives qui s’en occupent leur apportent une aide remarquable, mais si on ne les instruit pas pour gagner une autonomie et prospérer, ils seront toujours dépendants.

J’essaie de proposer une meilleure utilisation de soi-même et de développer ses ressources, être efficace plutôt que de faire du bruit. A moi de proposer de nouvelles formules :

Savoir + utilisation du savoir = compétence

Les informations qui aboutissent à une compétence sont rares et chères alors que celles qui servent les autres sont abondantes. Encore, faut-il avoir le désir d’apprendre plutôt que d’être servi.

Compétence + clients ou circuits de distribution = débouchés sociaux
Le client, c’est notre prochain. Il faut éviter l’isolement et multiplier les contacts sociaux.

Cependant, il faudra, dans certains cas, des diplômes pour être légal et des résultats pour ne pas décevoir la clientèle.
Au lieu d’avoir des informations abondantes et dispersées, si elles étaient structurées en ligne (pour éviter des manques et des doubles) et coordonnées, on gagnerait en efficacité. Il fallait établir une ligne depuis le naïf jusqu’au professionnel. L’artiste, l’artisan et d’autres maîtres m’ont instruit de leurs techniques et j’ai dû les adapter à l’enfant ou à celui qui ne sait pas. Le pire des élèves est celui qui refuse directement ou indirectement ne voulant pas faire ce qu’il faut. Le meilleur des élèves est celui qui est coopérant, de bonne foi, qui s’intéresse à ce qu’il fait, qui s’investit, qui met en application ce qu’on lui dit et qui pose des questions.
Si vous vous êtes capable de concevoir un projet et d’envoyer les mains pour le réaliser, vous êtes libre. Si les autres peuvent vous aider, ils sont les bienvenus, mais vous pourrez aller tout seul au bout de vos réalisations.

J’ai eu le souci d’être le plus neutre possible, éviter les critiques, toutes intentions commerciales, être hors du temps et de l’espace parce que je dis peut être appliqué à n’importe quelle époque et dans n’importe quel pays.
En effet, il s’agit de s’intéresser aux informations que l’on traite et de suivre leur trajet et la traçabilité de tous les éléments qui nous entourent.

J’admets que ce qui a été important pour moi a été un pétard mouillé pour les
autres.



Bouddha voit tout, entend tout, mais ne parle pas, j’espère que vous ne vous comporterez pas ainsi. Avec un retour par des commentaires, je pourrais ajuster mon discours au cas particulier et répondre aux questions.



Lorsque l’ordre existant n’est pas satisfaisant, on peut s’en plaindre aux responsables ou aux décideurs, c’est-à-dire à ceux qui ont les moyens ou les pouvoir de faire quelque chose. Mais que faire lorsque l’on n’est pas écouté ?



Il faut imaginer des moyens pour remettre en question leur pouvoir.

Dans l’histoire, des moyens de contraintes ont été mis en œuvre depuis la révolte jusqu’aux grèves.
Les conflits entre possédants et démunis n’ont jamais cessé jusqu’à nos jours, depuis parents enfants, patrons et ouvriers, colonisateurs et colonisés… Même si les rôles ont été parfois inversés, les résultats ne sont pas signifiants et dans certains cas, les remèdes ont été pire que le mal. Convoiter les biens des autres n’apprend pas à s’en servir, ni à les entretenir, ni à avoir les qualités et le travail pour les acquérir.
Il faudrait tout d’abord définir le bon ordre qui n’a jamais existé. Sans être certain de détenir la vérité, on pourrait faire mieux. L’être humain a des ressources extraordinaires et les progrès techniques sont considérables. Il faut apprendre à s’en servir différemment.
Ma démarche ne tient compte que du fonctionnement de l’être humain et du savoir technique qui nous environne.
Comme chaque chose a sa conséquence, il faut éviter le heurt et concevoir la chose la plus petite possible : il s’agit d’une petite adresse internet (celle de ce blog ou du site), respecter les individus et ne travailler que sur l’information, éviter tout préjudice, le seul but étant d’améliorer la qualité de vie de chacun s’il le désire, détourner ses intérêts personnels (c’est en quelque sorte mon testament que je vous lègue) et peut-être mon message ne prendra jamais forme.
Je ne tiens compte que des résultats vérifiables et je suis prêt à modifier mes idées en fonction des résultats. C’est le devoir de chacun de témoigner et de transmettre.
Ce n’est pas une baguette magique, ni une considération mystique ou ésotérique, il faut apprendre, avoir la patience et le temps de lire tous les blogs et poser des questions.

MES OUVRAGES

Ecrire est à la fois une photographie pour fixer ses idées à une époque donnée et un escalier qui permet d’envisager autre chose que ce qui a été fait. Il s’agit d’une œuvre où chaque document est indépendant et en continuité avec les autres.

La vie affective

Il s’agit de l’univers des sentiments et de leur fonctionnement. Ils sont innés, mais notre vie dépendra de la façon de les utiliser. L’affectif est le moteur de tout comportement parce que l’on fait volontiers ce que l’on ressent.

Vie, mode d’emploi

Nous naissons nus et nous mourrons nus. La gestion de notre temps de vie va être essentielle.

Adaptation

C’est un tour d’horizon des structures sociales pour mettre en évidence ce qu’on a oublié. Il est présenté avec une page de dessins et une page de commentaires.

Le Dieu informatique

Le but était de comprendre l’intérieur de l’ordinateur et l’univers de son usage avec un mélange de technique et de philosophie.

Programmer avec aisance en Pascal sur Macintosh

La structure en est originale. Il s’agit de deux livres, un théorique et l’autre pratique avec l’œil : ce que l’on voit à l’écran, l’oreille les explications et la main, la mise en pratique. Ainsi vous saurez faire des menus, des fenêtres… jusqu’à réaliser un petit traitement de texte et un petit logiciel de dessin.

Libérez la psychiatrie

En reprenant toutes les maladies mentales telles qu’elles sont enseignées, il fallait démontrer que tous les troubles venaient d’un déséquilibre entre l’œil et l’oreille, entre ce que l’on pense et la réalité. La façon de traiter nos informations oriente notre vie.

CD Rom sur “La vie affective et ses applications…”

Version Macintosh et PC
Toutes les idées sont reprises en images commentées et parfois animées. Un module décrit la rééducation par les arts avec les méthodes et les résultats.

Vidéofilm (1h30) : “Les chemins de la lumière”

Une jeune fille s’évanouit dans la rue, elle est recueillie et se réveille dans un autre monde où elle rencontre divers artistes et artisans. Chacun lui explique son métier et sa passion.
Au bout d’un certain temps, elle languit sa mère qu’elle n’avait pas revue pendant le temps où elle était hébergée. Cela ne pose aucune difficulté puisque celle-ci était au courant de sa prise en charge.
Elle retrouve le quotidien avec les transports, l’ambiance du bureau et la cantine.
Une amie s’était inquiétée de son absence, elle lui rend visite. Celle-ci a des enfants très turbulents. Elle fait une promenade avec le gamin et elle lui dit que ce n’est pas avec du bruit que l’on s’exprime, ni avec des armes que l’on devient fort. On est riche de ce que l’on a en soi et qu’elle a développé avec des gens qu‘elle a rencontrés. Elle lui dit “Si tu veux que je m’occupe de toi ou d’enfants comme toi, je quitterai mon métier” Le film se termine sur cette proposition qui attend une réponse.

Musicothérapie Diaporama (1h 30)

Naufragé dans la vie parmi les hommes est un petit recueil de pensées.

Mieux connaître la sexualité

L’éducation sexuelle ne se résume pas à la contraception, ni à la prévention des maladies vénériennes. Ce livre fait un tour complet des facettes de la sexualité.

Les thérapeutiques de l’esprit

Il s’agit de faire le point sur les thérapeutiques existantes pour envisager d’autres approches et d’autres traitements. Ce livre fait suite à “Libérez la psychiatrie”

L’art d’éduquer son enfant

L’éducation est le miracle de transformer un être dépendant en un être autonome, l’enfant qui est l’être le plus pauvre au monde en quelqu’un qui prospère, quelqu’un qui profite, en une personne qui rend service, un ignorant en une personne compétente…
Les échecs de l’éducation sont dramatiques, partout où votre enfant passera, on se plaindra des préjudices qu’il laisse derrière lui !
On ne peut pas ne pas éduquer, la publicité, la télévision, les jeux vidéos s’en chargeront. Si on prend l’esprit de vos enfants, ils seront des consommateurs dépendants à vie. L’aspect commercial est évident.

Séduire… Eduquer…

Ces mots viennent du verbe latin ducere qui veut dire conduire. L’éducation a une direction, vers soi pour séduire ou vers l’extérieur pour éduquer et un contenu, mais il s’agit avant tout de transmettre une information.
En complément du livre précédent, il est tout en images, mais ce n’est pas une bande dessinée. Aux commentaires qui sont proposés, chacun pourra mettre les compléments ou les critiques que les dessins inspirent.
Le dessin, la danse et la musique sont un langage universel pour les humains dans tous les pays.



Je livre une matière brute, pardonnez-moi mes fautes d’orthographe et mes maladresses de style.
Malgré quelques erreurs dans les liens que je n’arrive pas à corriger, vous pouvez consulter tous mes blogs en tapant :
http : //jancopy, puis 1, 2, 3, 4, 5b (et non 5 à cause d’erreurs), 6, 7, 8, 9, 10.blogspot.com

C’est à vous de juger de diffuser ces propos autour de vous ou de les ignorer. J’ai essayé d’être assez explicite et imagé pour être compris par naïf en la matière.

Tous mes articles sont à la fois indépendants et liés. En voici les titres. Il suffira de cliquer sur l’adresse les pour consulter.

Le site : http://affectif.free.fr

Pour les autres blogs :
Le trajet de l’information
http://jancopy.blogspot.com
Naufragé parmi les hommes
http://jancopy1.blogspot.com
Séduire…Eduquer
http://jancopy2.blogspot.com
J’ai inventé l’eau chaude
http://jancopy3.blogspot.com
Les outils pour affronter la vie
http://jancopy4.blogspot.com
Ce que la vie nous impose
http://jancopy5b.blogspot.com

Annexé à ce chapitre
La vie affective
http://vieaffective.blogspot.com
Les lois
http://leslois.blogspot.com
Nos besoins
http://besoins.blogspot.com
Intuition et raisonnement
http://raisonnement.blogspot.com

Ce que les humains proposent
http://jancopy6.blogspot.com

Annexé à ce chapitre
Ce que la famille propose
http://cequelafamilleimpose.blogspot.com
Ce que la société propose
http://cequelasocietepropose.blogspot.com
Qui suis-je ?
http://identit.blogspot.com
L’autre.
http://sonprochain.blogspot.com

A la recherche de la performance
http://jancopy7.blogspot.com
La rééducation par les arts
http://jancopy8.blogspot.com
La gestion
http://jancopy9.blogspot.com
Retour à
Notre avenir
http://jancopy10.blogspot.com

Annexés à ce chapitre : “Notre avenir”
Bouddha était omniscient
http://bouddhaomniscient.blogspot.com
Un message
http://unmessage.blogspot.com